Nouvelle à faire peur

Voici une nouvelle remarquable, écrite par une élève de troisième. La première phrase du texte était imposée.

Croire en Dieu lui devenait de plus en plus difficile.

Amélie n’avait jamais connu le bonheur et la richesse. Elle était née pauvre dans un misérable village d’Afrique et avait toujours voulu partir en France...loin de son pays, vers un autre, plus évolué. A chaque coup dur, elle se disait que si Dieu avait placé cette épreuve sur son chemin, c’était pour une bonne raison, et qu’à la fin, tout irait mieux.

Et puis elle était tombée enceinte et avait alors décidé de tout faire pour son bébé, pour lui offrir une éducation en France. Elle avait juste à trouver assez d’argent pour qu’on puisse la faire passer dans ce pays, puis elle aviserait une fois là-bas.

A force de travail et de persévérance, elle avait pu payer une personne pour la faire passer. Elle avait accouché, trois mois plus tôt.

Mais, durant le trajet un bruit de moteur s’était fait entendre et comme son bébé ne voulait pas arrêter de crier, ses compagnons l’avaient persuadée de le jeter à la mer, prétextant qu’elle pourrait toujours en avoir d’autres. Et elle l’avait fait.

A présent, elle était dans un hôpital, en France, de nouveau enceinte. Le médecin venait de lui apprendre qu’elle avait fait une fausse couche. Mais Amélie était déjà morte intérieurement, depuis que, sur le bateau, ses compagnons avaient déclaré avec soulagement : « Fausse alerte, il n’y avait pas de bateau ! »

L.C.